Un espoir de traitement contre le diabète de type 1

Le diabète de type 1 apparaît jeune et se caractérise par la destruction, dans le pancréas, des cellules bêta produisant l'insuline.

L'équipe de Patrick Collombat, directeur de recherche Inserm, avait déjà auparavant pu recréer des cellules β, qui assurent la fabrication de l'insuline, en modifiant génétiquement des cellules leur ressemblant nommées cellules α, et productrices de glucagon.

Et c'est ainsi que son équipe a "découvert" le GABA, un neurotransmetteur utilisé en complément alimentaire par les bodybuildeurs en particulier.

Un neurotransmetteur, nommé GABA, connu pour diminuer l'activité dans le cerveau, pourrait induire la régénération des cellules produisant l'insuline. Il s'agit de GABA, un neurotransmetteur, présent naturellement dans l'organisme mais aussi disponible sous forme de complément alimentaire. Pour permettre la confirmation de ces résultats et de la pertinence du recours au GABA dans le traitement du diabète de type 1, des essais cliniques devraient prochainement avoir lieu.

Le scientifique s'est alors lancé dans un ciblage de centaines de milliers de molécules, "en les testant sur leur capacité de transformer des cellules alpha, en cellules bêta, sécrétrices d'insuline." .

La lutte contre le diabète a par conséquent notamment vocation à permettre aux cellules mises à mal par la maladie de pouvoir se défendre, voire se rétablir. Testé avec succès chez la souris et partiellement validée chez l'homme, cette découverte apportent un nouvel espoir aux patients atteints de diabète de type 1.

Ces derniers travaux, publiés dans la revue Cell, s'adressent tout particulièrement aux patients souffrant de diabète de type 1.

De nombreuses équipes de chercheurs se penchent donc sur cette épineuse question à travers le monde. Mais c'était chez l'animal et il fallait trouver une autre méthode pour l'homme, car il n'était pas envisageable d'agir de cette manière sur le patrimoine génétique d'un être humain. "Les cellules ainsi générées sont fonctionnelles et peuvent soigner plusieurs fois un diabète induit chimiquement chez la souris", précise le communiqué de l'Inserm. Ils ont observé sur des îlots de Langerhans (des groupes contenant à la fois des cellules alpha et bêta) que après 14 jours de culture avec du GABA, le nombre de cellules alpha diminuait de 37 % au profit d'une augmentation de 24 % des cellules bêta productrices d'insuline.

Pour les chercheurs, ces résultats prometteurs ouvrent la voie à une piste thérapeutique sérieuse.

Édition: