28 ans de prison pour le principal accusé — Filière Cannes-Torcy

En revanche, quatre membres du groupe, qui s'étaient rendus en Syrie dès l'automne 2012, ont été sanctionnés de peines allant de 14 à 20 ans de réclusion criminelle.

La parole est donnée jeudi matin une dernière fois aux accusés, avant que la cour ne se retire pour délibérer: âgés de 23 à 33 ans, ils sont dix dans le box, sept comparaissent libres et trois sont en fuite. Il écope de la peine la plus lourde: 28 ans de prison. A l'audience, elle a été décrite comme "le chaînon manquant" entre le jihadiste toulousain Mohamed Merah et le réseau qui allait frapper la salle de spectacles du Bataclan.

L'accusation avait demandé des "peines exemplaires" contre une filière redoutable, fruit du rassemblement des "frères" de Cannes (Alpes-Maritimes) et de Torcy (Seine-et-Marne), des hommes dangereux "prêts à recommencer".

En l'absence du chef, tué lors de son interpellation, la peine la plus lourde a été infligée à Jérémy Bailly, jugé coupable d'avoir lancé une grenade dans l'épicerie casher de Sarcelles (Val-d'Oise) le 19 septembre 2012.

Une attaque antisémite, annonciatrice de la vague terroriste qui touche la France depuis 2015, qui n'a miraculeusement pas fait de mort, mais selon l'avocat général Philippe Courroye, "l'intention était bien de tuer". L'accusation avait respectivement requis contre eux la perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans et une peine de 25 ans avec une période de sûreté des deux-tiers.

Jérémy Bailly, qui n'a pas caché son engagement jihadiste, a toujours nié sa participation à cet attentat, comme l'en accuse Kevin Phan, le chauffeur de l'équipée, benjamin du groupe. La plus petite peine de prison, d'un an, a été prononcée contre celui qui avait conduit deux de ses copains qui partaient vers la Syrie à l'aéroport.

Jamel Bouteraa, contre qui 18 ans ont été demandés pour un départ en Syrie et des repérages aux abords d'un camp militaire, a prié la cour de ne pas juger "avec passion", alors que les attentats jihadistes se succèdent en Europe.

Zyed Tliba, ancien militaire qui avait gardé des liens avec son frère Abdelkader, condamné à 14 ans pour un séjour en Syrie, et Nizar Jabri, qui avait fréquenté la bande des Cannois, ont été acquittés. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Édition: