Attentat raté des Champs-Elysées: "préparation indiscutable d'une action violente"

"Comment avait-il conçu son dispositif qui, selon toute vraisemblance, avait pour objet de faire de son véhicule un engin explosif? s'est interrogé le procureur". " L'arsenal découvert atteste de l'ampleur de l'action terroriste projetée, qui si elle avait aboutie, aurait pu avoir des conséquences humaines dramatiques ", a-t-il ajouté.

On en sait désormais un peu plus sur l'auteur de l'attaque ratée des Champs-Élysées.

Dans la voiture, les enquêteurs retrouveront des armes, plusieurs milliers de munitions, "deux bouteilles de gaz de 13 kilos chacune, pleines et toujours dotées de leur opercule de sécurité" ainsi qu'"une besace calcinée qui contenait de très nombreux projectiles ressemblant à des ogives".

Outre de très nombreuses armes (fusils à pompe, fusil à lunette, pistolet, munitions, machette), les enquêteurs ont trouvé huit bidons vides de poudre de rechargement de munitions. Pour les enquêteurs, "cette poudre noire a pu être utilisée" pour confectionner des munitions "mais il convient aussi de relever que cette poudre peut servir à la confection d'un engin explosif artisanal", selon le procureur.

Dans la foulée, l'ex-épouse, le frère et la belle-sœur ainsi que le père d'Adam Djaziri ont été interpellés lors de perquisitions au domicile de cette famille, décrite comme salafiste, au Plessis-Pâté, petite commune à une trentaine de kilomètres au sud de Paris, selon cette source.

A titre de rappel, Adam Djaziri était fiché S depuis 2015 à cause de son appartenance à la mouvance islamique radicale.

Il avait été signalé en septembre 2014 par les autorités tunisiennes "pour des suspicions de relations avec un groupe d'individus en lien avec le terrorisme", a expliqué M. Molins.

Adam Djaziri avait été fiché en 2015 sur la base d'un signalement turc de sa présence à la frontière gréco-turque.

Dans "une lettre testament" expédiée "à des proches par la Poste le 19 juin", Adam Djaziri a déclaré "avoir voulu rejoindre la Syrie", "déplorant en avoir été empêché 'par des apostats contre l'État islamique'", a déclaré François Molins lors d'une conférence de presse.

Grâce à son autorisation de détention d'armes, renouvelée en 2017, il avait acquis en toute légalité deux pistolets automatiques et une carabine de chasse, de catégorie B. Il avait également déclaré deux fusils de chasse et deux carabines de catégorie C.

Nouvelle attaque sur les Champs Elysées: assiste-t-on à une intifada à la Française? Il fait demi-tour et percute une minute plus tard le véhicule de tête, sur l'aile avant droite.

Édition: