Dépakote et Dépamide interdits en cas de grossesse — Troubles bipolaires

En effet, " les enfants exposés in utero au valproate présentent dans 30 à 40 % des cas un risque de troubles graves du développement ou du comportement et/ou, dans plus de 10 % des cas, un risque de malformations congénitales ", rappelle l'ANSM. Après les femmes enceintes et celles en âge de procréer traitées pour épilepsie, celles prises en charge pour des épisodes maniaques du trouble bipolaire ne devraient plus y être exposées.

Après la Dépakine, c'est au tour d'autres médicaments à base de valproate de voir leur indication révisée par l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé) en ce qui concerne les femmes enceintes ou risquant de l'être. Dépakote et Dépamide INTERDITS chez les femmes enceintes.

Outre ces recommandations, l'ANSM annonce qu'il devra désormais être systématiquement fait mention de cette contre-indication par un pictogramme "en forme de rond barré, intégrant la silhouette d'une femme enceinte ". "Dans le cas des troubles bipolaires, il y a toujours une alternative de traitement au valproate pendant la grossesse, alors que dans l'épilepsie, il y a des cas où l'on ne peut pas s'en passer", justifie le Dr Dominique Martin, directeur général de l'ANSM.

Chez les patientes bipolaires en âge de procréer, un test de grossesse, sur prélèvement sanguin effectué en laboratoire, sera dorénavant obligatoire avant de commencer le traitement initié par un psychiatre. C'est pourquoi il veut réduire au minimum son usage chez les femmes en âge de procréer dans les deux indications, épilepsie et troubles bipolaires. Ensuite, le médecin devra s'assurer que la patiente dispose d'une "contraception efficace". L'institution précise: " ce pictogramme est accompagné des mentions "Nom de spécialité (DEPAKOTE ou DEPAMIDE) + GROSSESSE = INTERDIT " et " Ne pas utiliser chez les femmes en âge de procréer et sans contraception efficace, ou enceintes ". Les femmes déjà enceintes doivent consulter en urgence leur médecin afin d'interrompre le traitement et le remplacer par un autre médicament.

Édition: