Mais qui dérobe les œuvres de street-art d'Invader ?

"Plus d'une dizaine d'oeuvres de l'artiste Invader ont été arrachées des murs à plusieurs endroits de la capitale", a indiqué une responsable de la ville de Paris à l'AFP, confirmant une information du Parisien.

Peut-être les avez vous croisé ces derniers jours vêtus de gilets de chantier propres aux agents de la Direction de la propreté et de l'eau?

Ils pensaient que leurs déguisements n'éveilleraient pas les soupçons, mais c'était compter sans les réseaux sociaux. Sur Twitter, plusieurs internautes les ont photographiés en pleine action, appelant à les signaler aux autorités.

Issus du jeu vidéo japonais mythique Space Invaders, ces petits extraterrestres en petits carreaux colorés sont disséminés dans les rues de grandes villes à travers le monde, dont Paris, par le street artiste français. Sur Instagram, l'artiste lui-même prévient: "Attention!" Ce dernier s'est d'ailleurs ému du vol de ses œuvres sur Facebook. Les œuvres d'Invader, dont certaines reproductions sont destinées à la vente et font l'objet d'expositions, sont régulièrement décollées pour être revendues. Invader avait porté plainte mais les juges avaient relaxé les deux prévenus.

Près du boulevard Saint-Germain, "une copropriété, fière d'avoir sur son mur une mosaïque de l'artiste, l'a protégée en y mettant un verre antivol", a expliqué au quotidien un élu d'arrondissement Le Parisien.

Édition: