Attaque contre une base militaire vénézuélienne : un député dénonce une acte "terroriste"

Une attaque contre une base militaire vénézuélienne dimanche a fait du côté des assaillants un mort et un blessé grave.

" À l'aube, des assaillants terroristes sont entrés dans le fort Paramacay à Valencia, s'attaquant à nos forces armées". Qualifiés de "terroristes" par un député chaviste, plusieurs d'entre eux auraient été arrêtés.

Le pouvoir vénézuélien a affirmé avoir déjoué dimanche une " attaque terroriste " contre une base de l'armée, après l'apparition d'une vidéo montrant des hommes en tenue militaire se déclarant en rébellion contre le président Nicolas Maduro.

" Nous exigeons la formation immédiate d'un gouvernement de transition et des élections générales libres ", ajoutait-il.

"Ceci n'est pas un coup d'Etat, ceci est une action civique et militaire pour rétablir l'ordre constitutionnel", affirmait cet homme, se présentant sous le nom de capitaine Juan Caguaripano, flanqué de quinze personnes en tenue de camouflage, certaines d'entre elles armées.

Dans les rangs du gouvernement et de ses alliés, beaucoup ont vu dans la vidéo de Valencia l'expression d'un complot ourdi par l'extrême droite et visant à détruire la "Révolution bolivarienne" lancée il a y a près de vingt ans par Hugo Chavez, le prédécesseur et mentor du président Nicolas Maduro mort d'un cancer en 2013.

Il ajoute que toute unité refusant de prendre part à leur rébellion pourrait être la cible d'une attaque militaire.

Le numéro deux du Parti socialiste au pouvoir, Diosdado Cabello, a fait état d'une "attaque terroriste à Valencia" avant de dire que les autorités avaient le contrôle de la situation. Le Mercosur, le marché commun d'Amérique du sud, a suspendu samedi le Venezuela " pour rupture de l'ordre démocratique ". L'opposition accuse en revanche le dirigeant socialiste de vouloir accroître ses pouvoirs et prolonger son mandat qui s'achève normalement en 2019. Plusieurs personnes ont été arrêtées.

Édition: