Nouvelles sanctions contre la Corée du Nord à l'ONU

Les Occidentaux considèrent que le développement par Pyongyang d'un programme de missiles balistiques intercontinentaux représente une menace pour la sécurité mondiale. Le document voté ce samedi souligne que les mesures prévues ne sont pas appelées à entraîner des conséquences humanitaires négatives pour la population civiles de la Corée du Nord.

Le nouveau texte interdit aussi de délivrer des permis supplémentaires pour les travailleurs nord-coréens à l'étranger et restreint la création de coentreprises avec la Corée du Nord et les investissements supplémentaires dans les coentreprises actuelles. Ces sanctions, qui visent les exportations nord-coréennes, sont censées mettre un coup d'arrêt à son programme nucléaire et balistique, mais Washington avait espéré taper beaucoup plus fort.

DÉCRYPTAGE: Derrière le nucléaire et ses missiles, que veut vraiment la Corée du Nord?

Wang Yi a dit espérer que les parties impliquées voudront sérieusement examiner la proposition chinoise d'une double suspension - suspension des tests nucléaires et de missiles pour la Corée du Nord, suspension des exercices militaires conjoints de la Corée du Sud et des Etats-Unis.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté unanimement les nouvelles sanctions contre le Nord, visant à réduire d'un tiers le revenu annuel de 3 milliards de dollars provenant des exportations nord-coréennes.

La Chine a été largement critiquée par les États-Unis pour son manque de réaction face aux tirs nord-coréens, ainsi que pour son incapacité à faire plier son allié. Les navires nord-coréens qui violeront les résolutions de l'ONU sont désormais menacés d'être bannis des ports de tous les pays.

Le projet propose aussi d'ajouter la Banque du Commerce extérieur de la Corée du Nord, chargée des opérations en devises étrangères, à la liste des entités dont les avoirs sont gelés.

► Ces sanctions peuvent-elles changer la donne?

Depuis le premier essai nucléaire nord-coréen en 2006, l'ONU a imposé six trains de sanctions à la Corée du Nord, dont deux nettement plus sévères que les précédents l'an dernier incluant des mesures touchant à l'économie nord-coréenne. "Elles montrent l'unité et la détermination du Conseil de sécurité", ont fait valoir les ambassadeurs chinois et français. Ce qui laisse penser que le texte pourrait ne pas passer ce week-end.

Édition: