Errani suspendue deux mois

Des traces d'anastrozole (arimidex dans le commerce), un médicament utilisé pour le traitement du cancer du sein, ont été décelées dans l'urine de la 98e joueuse mondiale lors d'un contrôle effectué par la Fédération internationale de tennis (ITF), rapportent La Gazzetta dello Sport et le Corriere della Sera.

Malgré son contrôle positif, Sara Errani clame sa bonne foi. Cette dernière pourrait décider de suspendre pour seulement deux mois la joueuse italienne, convaincue de la bonne foie de cette dernière qui a plaidé la prise accidentelle.

La finaliste à Roland-Garros en 2012 contre Maria Sharapova est aussi disqualifiée rétroactivement de tous les tournois auxquels elle a participé du 16 février au 7 juin.

La joueuse a "promptement reconnu avoir commis une violation des règles anti-dopage et a demandé à être entendue par un Tribunal Indépendant", a expliqué l'ITF.

"Je n'ai jamais pris de produits interdits dans ma carrière et dans ma vie, a-t-elle écrit dans un communiqué". Depuis le jour où je suis passée professionnelle, j'ai toujours suivi avec précision le programme de l'Agence Mondiale Antidopage, assure l'Italienne.

Contrôlée positive au létrozole et suspendue deux mois, Sara Errani aurait consommé par accident un médicament dans un plat préparé par sa mère. Selon la défense, la contamination se serait faite par le biais de tortellini.

Édition: