Le levier optimisation fiscale est toujours enclenché en France — Airbnb

"Un comble, quand la France, avec plus de 400 000 annonces de logements cette année, représente le deuxième marché, derrière les Etats-Unis, pour Airbnb", rappelle le quotidien. "Paris est même devenu sa première ville au monde, avec 60 000 annonces" souligne le Parisien. Selon des informations révélées par Le Parisien, c'est ce qu'a payé le géant de la location entre particuliers AirBnb en France en 2016. Pour rappel, Airbnb avait payé un montant nettement inférieur l'année précédente, de 69.168 euros. Le siège européen du site n'est pas en France, mais en Irlande où il est bien connu que l'impôt sur les sociétés est bas, 12,5%. "Nous nous conformons aux règles et payons toutes les taxes que nous devons, là où nous opérons ", se défend la plateforme au Parisien. "Nous avons aussi développé un certain nombre d'initiatives pour informer les hôtes sur les taxes dont ils doivent s'acquitter". "Par ailleurs, nous collectons et reversons la taxe de séjour pour le compte des hôtes dans plus de 50 villes françaises", ajoute le porte-parole. Comme relevé par le Parisien, sur le site il est expliqué que "la communauté AirBnb a eu un impact économique de plus de 6,5 milliards d'euros en 2016" - cette affirmation s'appuie sur un rapport commandé par l'entreprise. Comme Uber dans le secteur du transport, elle pèse cependant lourdement aussi sur différents secteurs traditionnels (hôtellerie.) qui y voient une concurrence déloyale.

Faut-il changer la législation européenne?

La polémique n'est pas nouvelle et avait notamment été évoquée par Emmanuel Macron lors de sa campagne. "Cela éliminera ainsi les montages consistants à rapatrier les profits dans des paradis fiscaux", précisait-il dans son programme. Mais l'Irlande n'a pas l'intention de faire une croix sur son taux avantageux.

Édition: