La commission électorale va ouvrir une enquête sur les "piratages " — Kenya

La Commission électorale (IEBC) a publié en soirée les résultats transmis électroniquement par près de 97% des bureaux de vote, créditant le président sortant Uhuru Kenyatta de 54,31% des suffrages contre 44,81% pour Raila Odinga, sur un total de 14,7 millions de votes comptabilisés. "Uhuru n'est pas celui qui a été élu, il doit avoir truqué l'élection", estimait un des manifestants, Dickson Otieno, 30 ans. Aussi, dans un communiqué du président Alpha Condé, président en exercice de l'UA, l'institution panafricaine dit suivre avec un intérêt particulier le déroulement de ces élections et appelle le peuple kényan et les acteurs politiques, à la retenue et au sens de la responsabilité dans l'organisation du scrutin. En plus d'une opposition qui dénonce des chiffres provisoires contraires à leurs projections, Raila Odinga réclame la remise des procès-verbaux de certification des résultats, signés par les observateurs des partis dans chaque bureau de vote.

Selon le chef de l'opposition, le pirate informatique serait rentré dans le système aux alentours de minuit.

"Un haut responsable du parti d'Uhura Kenyatta soutient que les doléances de l'opposition ne sont pas fondées". Dans un message rendu public il y a quelques heures, il a appelé au calme et à la paix dans le pays.

Le refus de l'opposition d'accepter les résultats risque-t-il de provoquer des violences?

Un supporter de l'opposition à Nairobi lors d'une manifestation pour contester les résultats partiels, le 9 août 2017. Les forces de l'ordre ont tiré des grenades lacrymogènes en direction de plusieurs centaines de manifestants qui avaient érigé des barricades.

Le vote devrait se clôturer à 17 heures (heure locale).

Huit candidats étaient sur les rangs pour le premier tour, mais, outre MM.

À l'aide de plusieurs programmes, les pirates auraient eu toute latitude pour créer des "erreurs " dans la base de données et accroître artificiellement le score du président sortant Uhuru Kenyatta. Il avait saisi la Cour suprême, qui avait tout de même validé les résultats.

La pression est sur les Commissions indépendantes de délimitation des circonscriptions électorales (IEBC) car elles ont la tâche ardue de veiller à ce que l'identification et la transmission électronique des résultats des électeurs réussissent et garantissent des élections libres et transparentes. Raila Odinga a dénigré ce bilan, critiquant la hausse du prix des denrées alimentaires et se posant en garant d'une croissance économique mieux partagée.

Le président Uhuru Kenyatta accompagné de son épouse, a accompli ce matin son devoir civique à l'école primaire de Mutomo au nord de Nairobi, la capitale du pays.

Édition: