Le maire Patrick Balkany tourné en ridicule sur Twitter — Attaque de Levallois

Le nouvel attentat qui secoue la France a-t-il connu son dénouement ce midi, à hauteur de l'A16, peu après Marquise? À 13h35, il y aurait encore eu des échanges de coups de feu. Dépêchées sur place, ce sont les Brigades de recherche et d'intervention (BRI) de Rouen et de Lille qui l'ont intercepté.

Une fusillade a donc éclaté sur l'autoroute, entre Boulogne-sur-Mer et Calais, vers 13h15.

La police cherchait le conducteur de la BMW qui a renversé les militaires à Levallois-Perret, au nord-ouest de Paris, avant de prendre la fuite.

Puisqu'il n'est pas fait mention d'un quelconque conducteur au volant de ce "véhicule" ni de la possibilité d'un acte terroriste, aurions-nous à faire alors à une drôle de machine animée d'une haine suspecte envers des soldats français mais totalement dénuée d'une quelconque motivation terroriste? Les automobilistes ont été évacués par une voie annexe. Après plusieurs heures de cavale, un suspect est interpellé sur l'autoroute A16 en direction de Calais.

"Deux militaires blessés ont été transportés à l'hôpital militaire de Percy et les 4 autres dans un autre hôpital". Il en a profité pour donner quelques détails sur ce qu'il s'est passé: "La voiture roulait doucement".

" C'est un acte délibéré ", a déclaré le ministère de l'intérieur, Gérard Collomb.

Un conseil de Défense, habituel avant le Conseil des ministres, avait lieu à l'Élysée depuis 09H00 ce matin, réunissant notamment le président Emmanuel Macron, son Premier ministre Edouard Philippe, et ses ministres de l'Intérieur, Gérard Colomb, et des Armées, Florence Parly. Interpellé, il a dit vouloir "commettre un attentat contre un militaire". Espérons que ce sera le cas à l'automne prochain, comme le gouvernement l'a laissé entendre. "Je souhaite renouveler tout mon soutien et ma solidarité à nos forces armées et adresser, au nom de tous les Belfortains, mes voeux de prompts rétablissement à nos six soldats blessés dans l'exercice de leur mission au service de notre sécurité et de notre liberté". Deux d'entre eux sont dans un état sérieux même si leur pronostic vital n'est pas engagé, a annoncé la Préfecture de police de Paris. Souffrant d'égratignures, de chocs au visage, aux mains, aux genoux et au dos, ils ont été pris en charge à l'hôpital Bégin de Saint-Mandé. Son titre de séjour était en cours de vérification, mercredi soir.

Édition: