La collision de trains fait 36 morts et 123 blessés

Les survivants, en état de choc, ont été extraites des wagons et placées sur des couvertures le long des rails, dans un champ situé en périphérie de la grande ville méditerranéenne.

L'accident de vendredi est le plus meurtrier depuis qu'au moins 51 personnes ont été tuées en 2006 quand deux trains de passagers se sont heurtés près du Caire. Quelque 25 ambulances étaient mobilisées sur les lieux de l'accident, a précisé un responsable des secours.

Les causes de l'accident n'ont pas été connues dans l'immédiat, mais des sources concordantes ont appuyé la thèse selon laquelle il est dû à une erreur dans le transfert des parcours du train venant du Caire.

Des images diffusées par la télévision publique égyptienne montraient un des trains en partie renversé et des secours transportant les morts et les blessés vers des ambulances. Le président Abdel Fatteh al Sissi a ordonné l'ouverture d'une enquête.

L'Égypte connaît régulièrement de graves accidents routiers ou ferroviaires dus à une circulation anarchique, des véhicules vétustes, des routes et des voies ferrées mal entretenues et peu surveillées.

La collision a eu lieu au niveau des 4 dernières locomotives du train qui ont été totalement détruites. Les Égyptiens reprochent depuis longtemps au gouvernement de ne pas avoir réussi à réduire les accidents de transports et les problèmes d'infrastructures. En 2012, dans la ville de Manfalout, la collision d'un bus et d'un train avait provoqué la mort d'une cinquantaine d'enfants et de leur chauffeur.

En 2002, un incendie survenu dans un train avait fait 373 morts à une quarantaine de kilomètres au sud du Caire. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Édition: