Les amendes pour les loueurs explosent à Paris — Airbnb

Le Parisien rappelle qu'en octobre les propriétaires loueurs de meublés touristiques seront obligés de se déclarer sur le site de la Ville et d'obtenir un numéro qui devra figurer sur leur annonce de location. Sur l'ensemble de l'année 2016, 18 propriétaires parisiens ont été rattrapés par la justice pour un montant total de 200 000 euros d'amende.

"Nous constatons avec satisfaction que les juges ont la main plus lourde qu'auparavant", souligne Ian Bossat.

Une trentaine de personnes ont été reconnues coupables de locations illégales de type AirBnb, selon la mairie, qui pense que "ces chiffres reflètent l'efficacité des contrôles ". Il a pour sa part écopé de 130.000 euros d'amende. Ils ont été condamnés au tribunal d'instance à verser à la Ville au total 615.000 euros. Ils avaient "oublié" de signaler la location en Airbnb de leurs logements, et avaient dépassé les 120 jours de location autorisés par la loi. Par ailleurs, l'amende maximum forfaitaire est passée de 25.000 euros à 50.000 euros par logement. Depuis 2016, 25 agents ont contrôlé 8500 logements, 600 dossiers parisiens sont en cours d'examen et 128 ont été transmis à la justice, selon Le Parisien. Paris, comme toutes les grandes villes touristiques, multiplie les initiatives pour lutter contre les locations meublées touristiques illégales, qui se développent au détriment du secteur hôtelier, favorisent la spéculation immobilière, vident certains quartiers de leurs habitants et provoquent des désagréments quotidiens pour les autres.

La DLH, Direction du Logement et de l'Habitat, mène régulièrement des opérations dans les appartements mis en location sur Paris pour débusquer les abus. La capitale est pour Airbnb l'un des premiers marchés du monde avec 65.000 logements revendiqués. Elles sont révélatrices de l'ampleur que les plateformes de locations par les particuliers ont pris, mais pas seulement puisque cette pratique est en vogue depuis maintenant quelques années.

Édition: