Alerte sur les nanoparticules — Alimentation

Le dioxyde de titane (ou additif E171) est utilisé dans l'industrie cosmétique et agroalimentaire notamment pour blanchir confiseries, plats préparés et même des dentifrices. Les 18 produits testés présentent du dioxyde de titane sous forme de nanoparticules à un taux supérieur à 10% sans en faire la mention dans la composition. C'est ce que dénonce le magazine 60 Millions de Consommateurs dans son édition de septembre qui s'inquiète des effets sur la santé et déplore l'opacité des industriels.

La taille des nanoparticules pose question pour la santé puisque étant 50.000 fois plus petites qu'un cheveux, elles passent donc plus facilement les barrières physiologiques, selon l'association.

60 Millions de consommateurs " vient de mener une enquête portant sur la présence de nanoparticules dans les sucreries. Déjà, le dioxyde de titane sous forme de nanoparticule peut avoir des effets néfastes sur la santé. "Mais de l'autre, aucun ne comporte la mention "[nano]", conformément au règlement européen Inco.

"On ne sait pas grand-chose sur cette forme nano. C'est ça qui nous pose problème, d'autant plus qu'une étude récente de l'Inra est parue en janvier 2017, qui entraîne un peu de suspicion", a fait savoir l'un des auteurs de l'étude. L'association s'appuie sur un avis de l'Agence de sécurité sanitaire (ANSES) daté d'...

Pourtant, une évaluation par l'agence du cancer de l'OMS avait conduit à classer le dioxyde de titane comme cancérogène possible pour l'homme en cas d'exposition professionnelle par inhalation, avait toutefois rappelé l'Inra.

Huit ONG ont, le 17 juillet dernier, adressé une lettre ouverte au gouvernement français demandant "la mise en place urgente de mesures de précaution", avec notamment l'interdiction temporaire des nanoparticules présentes dans le colorant E171. Ces sucreries appréciées des enfants ont une face cachée: elles contiennent des nanoparticules, dont la présence n'est pas toujours spécifiée sur les étiquettes.

Contactée, ces derniers n'ont pas répondu aux appels de l'AFP. Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

Édition: