Irma sème le chaos dans les Caraïbes

Le président français Emmanuel Macron s'est rendu mercredi soir à la cellule de crise mise en place au Ministère de l'Intérieur à Paris. Mercredi, il s'est abattu sur les îles françaises de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, déracinant des arbres, provoquant des inondations et causant des dommages aux l'infrastructure.

Il est pour l'heure difficile d'estimer l'ampleur des dommages et les délais de rétablissement sur les réseaux fixe et internet sur les deux îles mais les équipes sont sur le terrain pour rétablir le service. Un journaliste de Radio Caraïbes International, présent à Saint-Martin et ayant pu joindre sa rédaction par téléphone satellitaire, a fait état "de véhicules renversés, de bateaux qui ont quitté la mer et se retrouvent au milieu de la route, de toits éventrés ". "C'est juste hallucinant, c'est indescriptible". L'hôpital a vu sa toiture s'envoler. Ce dernier a annoncé lors d'une conférence de presse que la "chaîne de commandement" avait été rétablie, notamment grâce à l'envoi de 60 gardes mobiles supplémentaires. Irma a occasionné des dégâts considérables sur son passage. Saint-Barthélémy semblait de son côté coupée du monde, alors que son aéroport est déjà peu accessible en temps normal, la piste étant extrêmement courte (650 mètres). Saint-Martin est un territoire français de plus de 35.000 habitants situé dans la partie nord de l'île de Saint-Martin. D'importants dégâts ont été enregistrés.

L'Élysée a annoncé ce jeudi que "le président de la République se rendra sur les lieux touchés par l'ouragan dès que cela sera possible sans gêner l'action des secours et que les conditions météo le permettront". Ses vents ont soufflé à plus de 295 km/h sur l'île de Barbuda et avec des rafales à 360 km/h sur l'île de Saint Martin ainsi que sur Saint-Barthélemy.

Le ministre de l'intérieur, Gérard Collomb, a déclaré sur France Info: "L'urgence c'est surtout de rétablir la situation, faire un premier constat, et reconstruire pour que les gens puissent vivre dans les dix jours qui viennent ". "Leur première mission sera d'évaluer les besoins de la population ou encore de remettre les lignes de communication en place".

"Nous n'avions jamais connu de vents aussi puissants", a déclaré le gouverneur de Porto-Rico, Ricardo Rossello, sur CNN. À Saint-Martin, " quatre bâtiments qui étaient les plus solides ont été détruits, donc cela veut dire que, vraisemblablement, les bâtiments qui étaient plus rustiques sont partiellement ou totalement détruits ", a-t-il poursuivi.

A La Havane, les habitants ont commencé à stocker de la nourriture, de l'eau et du carburant.

Édition: