Mais qui est cette jolie Sloane Stephens?

Stephens, incroyablement calme et concentrée sur son sujet pour ce premier très grand rendez-vous de sa carrière, a rapidement pris le dessus et n'a jamais lâché. Stephens, 85e joueuse mondiale, l'a emporté 6-1, 0-6, 7-5 en 2 heures et 7 minutes.

La première demi-finale entre Sloane Stephens et Venus Williams a tenu toutes ses promesses.

La Floridienne, fille d'une ancienne nageuse de haut-niveau et d'un joueur de football américain décédé dans un accident de voiture, a aussi donné un sérieux coup de jeune au tennis américain qui a, en l'absence de sa reine Serena Williams, jeune maman, placé quatre représentantes en demi-finales. A voir sa joie mesurée et sa sérénité, on a envie de croire que Stephens est là pour durer tant son jeu a vraiment de quoi assurer la relève.

Et maintenant, sa présence en demi-finale à Flushing Meadows lui permettra de monter au 34e rang. ce qui constitue un bond surprenant de 900 places en un mois.

"Si on m'avait dit que je serai en finale de l'US Open lors de mon come-back, je ne l'aurais pas cru, se réjouissait-elle".

Elle a depuis enchaîné deux demi-finales, à Toronto et Cincinnati, et a remporté 14 de ses 16 dernières rencontres. Avec cette finale à l'US Open, Sloane Stephens confirme qu'elle est bel et bien de retour. Madison Keys s'est battue jusqu'au bout, écartant les deux premières balles de match auxquelles elle a dû faire face, mais a cédé sur la troisième en commettant une ultime faute directe. A 37 ans, la doyenne des engagées de l'US Open n'entend pas lever le pied et ne veut pas entendre parler de retraite: "Je veux continuer à jouer et à gagner des matches", a-t-elle promis. Celle de l'édition 2017 opposera deux joueuses, venues aux tennis pour imiter les soeurs Williams.

"Cette finale avec Sloane, cela ne me parait toujours pas réel". Alors que la cadette des sœurs Williams, qui a remporté 23 titres du grand chelem et passé 309 semaines en tête du classement mondial, dont 186 consécutives, découvre la vie de jeune maman, le tennis féminin américain redécouvre sa gloire passée.

Édition: