Syrie : Offensive pour libérer l'est de Deir Ezzor

Des combattants kurdes et arabes syriens, soutenus par les États-Unis, sont aussi à l'œuvre dans l'est de la province de Deir Ezzor. La reprise de Deir Ezzorar par les troupes gouvernementales, contre toute attente, a bel et bien sonné le glas de la présence de Daesh en Syrie, trois ans après sa fulgurante avancée depuis ses bases irakiennes comme Mossoul où avait été proclamé le califat. Depuis 2014, l'organisation extrémiste contrôle une large partie de cette province riche en pétrole et frontalière de l'Irak et assiégeait deux enclaves gouvernementales dans la capitale provinciale, dont il détient environ 60%.

'Nous entamons la première étape, pour libérer les régions à l'est de l'Euphrate, dans la province de Deir Ezzor', a-t-il précisé à Abou Fass, dans la province voisine de Hassaké située plus au nord. 'Nous avons progressé sur plusieurs kilomètres, grâce au soutien aérien de la coalition internationale' anti-EI emmenée par les Etats-Unis, a ajouté M. Abou Khawla.

L'armée syrienne a brisé samedi le siège de l'aéroport militaire de Deir ez-Zor qu'imposait depuis trois ans le groupe Etat islamique (EI), désormais visé par une nouvelle offensive dans la province du même nom.

Le ministère russe de la Défense a indiqué que l'armée arabe syrienne, soutenue par les forces aérospatiales russes, avaient vaincu les terroristes de " Daech " à Deir Ezzor.

Les combats se concentrent dans un secteur désertique du nord-est de Deir Ezzor, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. L'armée syrienne combat l'EI dans la ville de Deir Ezzor, chef-lieu de la province du même nom.

M. Abou Khawla a assuré à l'AFP qu'il n'y avait pas 'de coordination avec le régime ou les Russes' dans la bataille de Deir Ezzor.

Cette ligne, tracée entre le nord et le sud du fleuve de l'Euphrate coupe la province de Deir Ezzor en deux.

Et mission réussie. Samedi, l'armée a reconquis le champ pétrolier d'Al-Taym au sud de l'aéroport, selon les médias officiels. Commentant cette victoire à Deir Ezzor, le ministère syrien des Affaires étrangères a affirmé que "les victoires" de l'armée syrienne "venaient annoncer la fin du terrorisme", dans un communiqué adressé à l'agence officielle Sana.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques par le régime, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication de pays et milices étrangers et de groupes jihadistes sur un territoire morcelé.

Édition: