A Villejuif, le parquet requiert l'incarcération de deux suspects

L'un d'entre eux a vu sa garde à vue levée ce dimanche 10 septembre à 9 heures, a indiqué le parquet de Paris.

Une troisième personne, un homme de 47 ans qui avait été arrêté en compagnie du propriétaire de l'appartement de Villejuif a été libéré dimanche matin, a précisé le parquet. Ils sont déférés en vue d'une ouverture d'information judiciaire par la section anti-terroriste de Paris. Ils ont été mis en examen notamment pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et fabrication d'explosifs.

L'un des deux hommes, qui fait l'objet d'une fiche S (sécurité de l'Etat), a été 'en relation directe au mois d'août 2016 avec Rachid Kassim, djihadiste français ayant rejoint l'Etat islamique dans la zone irako-syrienne, via son profil Facebook', a ajouté le procureur. Le procureur de Paris François Molins tiendra une conférence de presse dans la foulée.

Selon les informations de franceinfo, un artisan qui intervenait pour des travaux dans un immeuble de Villejuif a donné l'alerte mercredi, en fin de matinée, après avoir remarqué des éléments suspects dans un appartement. Au cours de la nuit suivante, un homme de 37 ans "radicalisé et suivi par la DGSI" (Direction générale de la sécurité intérieure) avait été interpellé dans la commune voisine de Vitry-sur-Seine. En outre, un troisième homme avait été placé en garde-à-vue dans le cadre de cette affaire.

Jeudi, d'autres produits pouvant servir à la confection d'explosifs ont été découverts dans un box loué à Thiais, toujours dans le Val-de-Marne.

Édition: