000 signalements d'effets indésirables

Depuis sa mise en place il y a six mois, de nombreux malades ont signalé avec inquiétude les effets indésirables de la nouvelle composition.

La ministre de la Santé l'assure: "Il n'y a pas de fraude, de complot, il n'y a pas d'erreur".

Dans son interview, Agnès Buzyn met en cause un manque d'information des patients, concernant la nouvelle formule du médicament mise en circulation en mars dernier. La ministre de la Santé, interrogée le 11 septembre 2017 sur RTL, a fait état de 9 000 signalements d'effets indésirables sur les 3 millions de personnes qui prennent en France ce médicament. Dernièrement, l'Agence du médicament (ANSM) en a relevé 5 000.

Les conclusions de l'enquête de pharmacovigilance seront, elles, publiées en octobre prochain. "Les patients ont été surpris par une formulation qui avait changé et qui pour certains donnait des effets secondaires", a souligné la ministre de la Santé.

Parmi ces effets indésirables figurent les maux de tête, vertiges, crampes ou encore perte de cheveux.

Elle a aussi balayé les accusations d'"indifférence coupable", esquissées par les patients à l'encontre des autorités sanitaires, en indiquant avoir reçu vendredi les associations et l'actrice Annie Duperey. Les patients réclament également un retour à l'ancienne formule du Lévothyrox.

Les patients de l'Association française des malades de la thyroïde (AFMT) ont annoncé leur intention de porter plainte contre les autorités sanitaires et le laboratoire Merck. Le ministère et le laboratoire ont exclu cette hypothèse.

Édition: