Des résidus de glyphosate retrouvés dans des céréales pour petit déjeuner

Générations futures a sélectionné des aliments "déjà repérés par ces rapports comme étant susceptibles de contenir des résidus de glyphosate": 8 céréales pour le petit déjeuner, 7 pâtes alimentaires, 3 autres composés de petits pains secs et de biscottes, 7 lentilles, 2 pois chiches, 2 haricots secs, 1 pois cassé.

Une analyse a été menée pour rechercher d'éventuelles traces de glyphosate, un herbicide, dans les aliments.

Aucun des 3 autres produits à base de céréales (petits pains secs, biscottes) n'en contenaient. Un peu plus de la moitié contenaient du glyphosate: sept céréales de petit déjeuner sur huit; sept légumineuses sur douze et deux paquets de pâtes sur sept. Certains taux sont assez élevés: jusqu'à 2 milligrammes par kilogramme d'aliment. L'association estime que la présence du glysophate dans ces produits de consommation courante ne peut pas déclencher d'intoxication aigûe.

La substance a été classée comme "cancérogène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer de l'OMS il y a deux ans et est dans l'attente d'une nouvelle homologation européenne de 10 ans. Selon François Veillerette, porte-parole et directeur de Générations futures, il y a "urgence pour l'Union européenne à renoncer à l'usage de cette molécule (...) et à faire évoluer en profondeur son modèle agricole, devenu trop dépendant des pesticides de synthèse". Avant mi-décembre, l'UE devra prendre sa décision.

Sur 30 échantillons, 16 contenaient du glyphosate.

En revanche, trois échantillons sur les 30 ont également montré de l'AMPA, principal produit de dégradation de l'herbicide.

Les concentrations de glyphosate retrouvées sont très variables: 23 μg/kg pour une préparation de blé complet et de fruit, 40 pour une céréale du petit-déjeuner, jusqu'à 2.100 μg/kg pour un échantillon de lentilles sèches. Ce type de limite n'existe pas pour les produits transformés analysés.

Ce document n'examine pas le risque sanitaire posé par l'exposition au glyphosate, une substance active qui entre notamment dans la composition du Roundup, le produit phare du groupe américain Monsanto.

"Cette recherche nous est apparue encore plus indispensable quand, en nous penchant sur le dossier, nous nous sommes aperçus que les données sur la présence de glyphosate en résidu dans les aliments étaient rares", explique l'association.

Le glyphosate fait beaucoup parler de lui ces derniers jours. Le vote pourrait se tenir dès le mois prochain, le 5 ou 6 octobre lors d'un comité d'experts. De son côté, la France a annoncé qu'elle voterait contre la proposition de la Commission tandis que des pays comme la Grande-Bretagne, l'Irlande, ou encore l'Espagne auraient l'intention de voter pour, d'après Générations Futures.

Selon l'ex-ministre de l'Écologie Delphine Batho, ayant participé à une précédente étude de Génération Futures, il est urgent d'interdire la commercialisation des désherbants contennant du glyphosate.

Édition: