Blade Runner 2049 : critique et revue de presse - alors c'est comment ?

Nous sentions tous qu'Harrison s'investissait à fond et qu'il voulait vraiment que ce film soit le meilleur possible.

Blade Runner 2049, à partir du 4 octobre au MEGA CGR Tarnos! Là où Ridley Scott livrait un Film Noir (avec son enquêteur taciturne, sa femme fatale, ses ambiances en clair-obscur...), son cadet se tourne plus volontiers vers l'action. Puis dans l'international il y a Confident Royal de Stephen Frears et pour finir Téhéran Tabou de Ali Soozandeh. Et dire que l'excellent précédent film de science-fiction de Villeneuve, "Premier contact", a fait un flop. Le pari semblait voué à l'échec, avec comme seul risque de braquer les millions de fans d'une œuvre fondatrice qui, sous l'influence de Moebius, a profondément marqué l'esthétique de la S-F au grand écran.

Ecrit par Eric Toledano ainsi que Olivier Nakache qui ont tout les deux fait le film Samba. Outre les inévitables circonvolutions réflexives d'un scénario dont on ne saisit pas qui elles sont censées épater, les caméos plus ou moins explicites (d'un sosie de Daryl Hannah joué par Mackenzie Davis, à un personnage ressuscité numériquement de manière plus bluffante encore que Peter Cushing dans Rogue One l'an passé) et les emprunts énormes à d'autres films (Innocence d'Oshii), 2049 souffre surtout de son incapacité à faire naître un monde dans lequel le spectateur aurait la possibilité de croire et de s'immerger. Cette fois, Denis Villeneuve attaque la chose plus frontalement que Ridley Scott. S'il rend sans cesse hommage au "Blade Runner" original, les allusions sont subtiles et toujours parfaitement intégrées au récit... Qu'ils se rassurent: Blade Runner 2049 reste non seulement fidèle à son ADN d'origine mais est par certains égards supérieur à son ainé.

On ne peut pas parler de "Blade Runner 2049" sans poser quelques principes, Le film original, réalisé en 1982 par Ridley Scott ayant marqué d'une pierre blanche l'histoire du film d'anticipation, figurant même souvent dans les Top 10 des meilleurs films de ces 50 dernières années. Denis Villeneuve essaie à la fois "d'honorer et de prendre des distances" avec le Blade Runner de 1982 et place le spectateur "sur un terrain à la fois familier et déconcertant". Trop occupé par Thelma et Louise, il aurait aimé avoir plus de temps à consacrer au " Director's Cut ". L'officier K (Ryan Gosling) est un Blade Runner: il fait partie d'une force d'intervention d'élite chargée de trouver et d'éliminer ceux qui n'obéissent pas aux ordres des humains. La découverte de K l'entraîne à la recherche de Rick Deckard (Harrison Ford), un ancien blade runner disparu depuis trente ans. Mais Niander Wallace (Jared Leto), magnat qui a récupéré les cendres de la Tyrell Corporation, souhaite en savoir davantage.

Édition: