Trois Américains primés pour l'observation des ondes gravitationnelles — Nobel de physique

" Nous savions que des ondes gravitationnelles existaient [mais] c'est la première fois qu'elles ont été observées directement", s'est réjouie Olga Botner, membre du comité de physique Nobel lors d'une conférence de presse.

Dans l'ombre des trois astrophysiciens américains auquel le prix Nobel de physique 2017 a été attribué ce mardi, il y a des centaines de chercheurs associés aux travaux ayant permis la première observation directe des ondes gravitationnelles théorisées par Albert Einstein. En l'occurrence, trois physiciens qui ont joué un rôle clé dans la découverte des ondes gravitationnelles, ces petits soubresauts de l'espace-temps provoqués par des événements extrêmemement énergétiques. Tous deux sont affiliés au Caltech, à Pasadena.

"Le projet LIGO regroupe plus de 1000 scientifiques à travers le monde", explique Sébastien Biscans. Les quatre événements correspondaient à chaque fois à la fusion de trous noirs survenues à des milliards d'années-lumière de nous. Cependant, la réalité des ondes gravitationnelles a été longuement débattue. Deux lasers circulent perpendiculaires dans deux longs bras de plusieurs kilomètres de long. C'est ce principe de détection qui a été imaginé et dimensionné par Rainer Weiss, le premier lauréat de la récompense.

Albert Einstein a prédit l'existence des ondes gravitationnelles en 1916: selon sa théorie de la relativité générale qu'il venait de publier, de même que les ondes électromagnétiques (lumière, ondes radio, rayons X, etc.) sont produites par les particules chargées accélérées, les ondes gravitationnelles seraient produites par des masses accélérées et se propageraient à la vitesse de la lumière dans le vide.

Édition: