Whirlpool: Macron "ne veut pas protéger l'industrie française" dit Le Pen

Le député de la France Insoumise, François Ruffin, autre enfant du pays, promet lui aussi d'interpeller le président sur les problèmes qui restent à résoudre sur place.

Si cette annonce a été accueillie avec soulagement par les salariés, la venue d'Emmanuel Macron ne suscite pas pour autant leur enthousiasme. "On ne peut pas se réveiller demain!", a lancé le parlementaire.

"Je suis très sensible au sujet des intérimaires, mais moi je ne toucherai pas au plan social et au plan de reprise", a martelé le chef de l'Etat, qui portait un gilet comme les autres visiteurs, dont le repreneur. "M. Macron avait promis qu'il reviendrait, il le fait, il respecte sa promesse", s'est félicité Patrice Sinoquet, représentant du syndicat CFDT. "Donc, ça c'est une mauvaise idée", a-t-il encore souligné.

Il a ensuite interpellé le président centriste sur la question des intérimaires, oubliés du projet de reprise. "Moi, je n'ai pas envie de faire capoter le plan social et le projet actuel", a répondu M. Macron, qui refuse de "faire du contentieux aujourd'hui, alors que la priorité est de créer de l'emploi et de l'activité".

Pour le jeune chef de l'Etat de 39 ans, cette visite s'inscrit dans un cadre plus large d'une offensive sur le plan social, après avoir été décrié récemment comme "le président des riches".

Alors que les syndicats sont en train de durcir le ton contre la réforme du Code du travail, M. Macron a également été critiqué pour son projet de réforme de la fiscalité et en particulier de l'impôt sur la fortune, qu'il veut limiter au patrimoine immobilier. "PASSIONS TRISTES FRANÇAISES" "Il y a beaucoup d'intérimaires à cause du caractère cyclique de l'entreprise". Accompagné des ministres Élizabeth Borne (Transports), Jacques Mézard (Cohésion des Territoires), Gérald Darmanin (Action et Comptes publics) et Benjamin Griveaux (secrétaire d'État à l'Économie), le président de la République va retrouver les salariés de l'entreprise Whirlpool, qu'il avait rencontrés durant l'entre-deux-tours, dans un face-à-face plus que chaotique. Il commencera la journée par une visite du site Whirlpool afin d'échanger avec les salariés, rencontrer la direction mais aussi son repreneur.

Pour protester contre la politique menée par Emmanuel Macron, le " président des riches", le collectif Picardie Debout qui a porté la candidature de François Ruffin lors des législatives de juin dernier, appelle d'ailleurs à une manifestation qui démarrera mardi à 11 h 30 au Cirque Jules Vernes, à Amiens.

"Emmanuel Macron est remonté dans les sondages en septembre mais surtout à droite et beaucoup moins dans les catégories populaires".

Édition: