Hulot pourrait taxer les logements mal isolés

Les performances énergétiques insuffisantes devraient bientôt appartenir au passé. "Des exigences délirantes" pour la fédération des propriétaires. Coté accompagnement justement, le CITE (Crédit d'impôt pour la transition énergétique) transformé en prime post-travaux en 2019, pourrait être versé en fait au début des travaux.

Si les incitations ne suffisent pas, pourquoi ne pas passer aux contraintes pour en finir avec les "passoires thermiques", ces logements mal isolés qui contribuent au réchauffement climatique? Selon un document de travail consulté par Le Parisien ce mercredi, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire veut activer le deuxième volet de son plan climat, avec des mesures plus coercitives. Ce dispositif s'inspirerait de celui déjà en vigueur dans le secteur automobile. Mauvaise isolation, système de chauffage obsolète ou polluant sont désormais dans le collimateur du gouvernement Philippe. "L'idée, c'est d'accompagner les propriétaires mais aussi de leur dire qu'ils ont la responsabilité de faire des travaux".

Pour le président de l'UNPI, Jean Perrin, il s'agit " une nouvelle fois de punir les propriétaires en imposant de nouvelles obligations lourdes et toujours sans aucune concertation ".

Par ailleurs, Jean Perrin dénonce un " acharnement " et réclame " l'amendement de cette note délirante. Le ministre souhaite ainsi "fixer un horizon de long terme pour tous les propriétaires bailleurs (.)". Les propriétaires pourraient même être obligés à l'avenir de partager les coûts de chauffage avec leur locataire, dans le cas d'un logement en location, si la facture est jugée démesurée en raison d'une trop grande déperdition énergétique.

Autre piste envisagée: rendre obligatoires les travaux de rénovation énergétique avant toute vente immobilière à moins de voir les droits de mutation (taxe sur les transaction immobilière) augmenter.

Édition: