" "L'Europe inflige à Amazon un " redressement fiscal " de 250 millions d'euros

Bruxelles a aussi annoncé son intention de trainer l'Irlande devant la Cour européenne pour ne pas avoir récupéré auprès d'Apple 13 milliards d'euros d'arriérés d'impôts.

En août 2016, la Commission avait étrillé les coups de pouce accordés par l'Irlande à Apple.

" Plus d'un an après l'adoption de cette décision par la Commission, l'Irlande n'a toujours pas récupéré la somme, ne fût-ce qu'en partie". Dans le collimateur des autorités européennes des aides d'État jugées illégales. La Commission européenne avait demandé à la société à la pomme de rembourser 13 milliards d'euros à Dublin, considérant que le groupe avait bénéficié d'une fiscalité trop avantageuse.

Près de trois ans jour pour jour après avoir ouvert une enquête approfondie contre les pratiques fiscales d'Amazon, l'exécutif européen a exigé de l'entreprise américaine qu'elle rembourse 250 millions d'euros aux autorités luxembourgeoises qui lui ont selon elle accordé " des subventions déguisées ".

Margrethe Vestager affirme qu'Amazon aurait payé, jusqu'à quatre fois moins d'impôts que d'autres entreprises locales soumises aux mêmes règles fiscales. En plein débat sur la taxation des GAFA (Google, Amazon, Facebook, etc.), l'exécutif européen réaffirme sa volonté de leur mener une guerre totale, et protéiforme, sur le terrain fiscal.

La Commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager à Bruxelles, le 4 octobre 2017. Le siège européen d'Amazon est situé au Grand-Duché. Dans le même temps, Amazon EU est soumis à l'impôt sur les sociétés du Luxembourg, mais pas la holding.

Outre Amazon, McDonald's et Engie sont aussi dans la ligne de mire de la Commission en ce qui concerne leurs arrangements fiscaux au Luxembourg.

La Commission européenne est de nouveau passée à l'offensive mercredi contre les montages fiscaux des géants américains d'internet, avec dans son viseur les pratiques d'Amazon au Luxembourg et celles d'Apple en Irlande.

"Nous estimons qu'Amazon n'a pas reçu de traitement de faveur du Luxembourg et que nous nous sommes acquittés des taxes requises en parfaite conformité avec les lois luxembourgeoises et internationales". De son côté, Apple va faire appel de la décision.

Édition: