Prix Nobel de la paix à un groupe anti-nucléaire

Le prix Nobel de la paix 2017 a été décerné, vendredi 6 octobre, à la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons, ICAN) pour ses efforts contre ces armes de destruction massive, au cœur de tensions internationales en Iran et Corée du Nord. "Les puissances nucléaires doivent entamer des négociations sérieuses pour éliminer l'arme atomique", a déclaré Berit Reiss-Andersen, présidente du Comité Nobel norvégien.

" Nous sommes fiers d'avoir joué un rôle majeur dans sa création (.) Toute nation qui est à la recherche d'un monde plus pacifique, sans menace nucléaire, devra signer et ratifier cet accord crucial sans délai", relève l'ICAN dans son communiqué.

Ce combat acharné a permis à l'organisation de remporter une importante victoire en juillet à l'ONU, lorsqu'une cinquantaine de pays ont lancé la signature d'un traité bannissant l'arme atomique. Historique, bien que limité - il ne prévoit pas de dispositif d'inspection et de vérification -, le texte a été signé par 122 Etats, mais par aucune puissance nucléaire.

C'est également un prix dans la tradition du Nobel de la paix, puisque le comité Nobel a souvent appelé au désarmement nucléaire. En tout, plus de 90 pays y sont représentés. "L'utilisation de dizaines ou de centaines de ces bombes bouleverserait radicalement le climat mondial, entraînant une famine généralisée", avertit l'ICAN sur son site internet.

La France souhaite créer les conditions d'un monde sans armes nucléaires. ICAN veut mettre la pression sur les Etats nucléaires mais aussi leurs alliés qui accueillent sur leur territoire une partie de leurs armes. Kim Jong-un n'a jamais caché son intention de se doter de l'arme atomique - ce qui est avéré - et de l'installer sur ses missiles balistiques - ce qui est en cours d'élaboration - afin de frapper tout Etat qui attaquerait son pays.

Édition: