Les Etats-Unis et la Turquie en guerre… des visas

Dès le 8 octobre, la Turquie a décidé de réagir en annonçant la suspension de "tous les services de visas" pour les ressortissants américains souhaitant se rendre en Turquie, quel que soit le motif de leur voyage.

L'ambassade des Etats-Unis en Turquie a réfuté l'arrestation de l'employé du consulat américain à Istanbul, en la qualifiant de "sans fondement" et affirmant que Washington "est profondément perturbé par cette arrestation".

En mars, un employé turc du consulat américain à Adana (sud) avait été arrêté, accusé d'avoir soutenu le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, séparatistes kurdes), une organisation classée "terroriste" par Ankara, Washington et l'Union européenne.

Mettant en doute "l'engagement" des autorités turques à assurer la sécurité de ses missions et de ses employés et "afin de limiter le nombre de visiteurs qui se rendent à nos ambassade et consulats (.), nous suspendons immédiatement tous les services autres que les visas d'immigration", a indiqué l'ambassade dans un communiqué.

Concrètement, les États-Unis ont "suspendu tous les services de visas pour les non-immigrants dans tous les bureaux diplomatiques américains en Turquie". Cet employé a été placé en détention provisoire mercredi sur décision d'une cour d'Istanbul, accusé de liens avec le prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen, désigné par Ankara comme l'initiateur coup d'Etat avorté de juillet 2016. Le porte-parole d'Erdogan, Ibrahim Kalin, a justifié cette arrestation par des relevés d'appels suggérant l'existence d'"un intense trafic téléphonique" entre l'employé arrêté et des putschistes présumés.

La "guerre des visas" entre la Turquie et les Etats-Unis survient après des mois de tensions croissantes entre ces deux pays partenaires au sein de l'Otan, en raison notamment de désaccords sur le dossier syrien et de plusieurs affaires judiciaires aux Etats-Unis impliquant notamment des gardes du corps du président Recep Tayyip Erdogan et un ancien ministre turc.

Édition: