Plus de voitures essence ou diesel à l'horizon 2030 — Paris

La mairesse Anne Hidalgo planifie déjà d'ici 2024 la disparition des voitures au diesel des rues de la capitale, quand elle accueillera les Jeux olympiques d'été. Selon une information de Franceinfo, confirmée par la mairie via un communiqué, la mesure a été proposée mercredi 11 octobre lors d'un comité de pilotage du plan climat de la ville, qui réunit 70 représentants des groupes politiques. La mairie de Paris annonce aujourd'hui qu'elle vise la fin des moteurs à explosion dans la capitale en 2030, et du diesel dès 2024. Débattu en novembre prochain par le Conseil de Paris, l'interdiction n'est pas du goût de tous.

Christophe Najdovski, maire-adjoint de Paris chargé des transports et de l'espace public, est sorti du silence suite à cette annonce pour expliquer que le temps presse et qu'il est impératif de prendre des mesures phares pour sortir les véhicules thermiques de la ville.

D'après une étude menée par l'organisme Santé publique France en 2016, la pollution de l'air serait la 3ème cause de mortalité en France. Il ne s'agit pas d'une interdiction de ces véhicules thermiques, mais d'"une trajectoire qui semble à la fois crédible et soutenable", précise la Ville. A l'instar de capitales européennes comme Oslo ou Copenhague, Paris entend devenir acteur de cette révolution généralisée des transports. "Ce n'est en aucun cas contre l'industrie automobile", a assuré l'élu, soulignant que de nombreux industriels automobiles investissent désormais dans les motorisations électriques ou à hydrogène, plus propres. Avec elle, les constructeurs automobiles, prêts à investir dans la transition énergétique. L'île a d'ailleurs dépassé le record du nombre de voitures électriques par habitant, désireuse d'être un exemple pour les grandes métropoles. Le projet urbain du Grand Paris Express s'inscrit également dans cette perspective de modernisation des transports, plus écologique et responsable.

Anne Hidalgo est bien déterminée à interdire la circulation des voitures à #Paris.

Édition: