Dix fois plus d'enfants et d'ados obèses qu'il y a 40 ans

D'ici 2022, les enfants en surpoids seront plus nombreux que ceux souffrant de malnutrition, selon une étude parue ce mercredi dans la revue scientifique britannique The Lancet (en anglais).

En 40 ans, le nombre de jeunes obèses est passé de 11 à 174 millions.

L'agence de santé de l'ONU et l'Imperial College de Londres ont analysé le poids de près de 130 millions d'enfants et d'adolescents pour découvrir comment les corps ont évolué depuis le milieu des années 1970.

Presque toutes les régions du monde sont concernées par ce problème de surpoids.

" Il convient aussi de réduire le temps que les enfants consacrent aux activités de loisirs sur écran et sédentaires en favorisant une plus grande activité physique par le sport et des loisirs actifs". Une étude menée par l'Imperial College de Londres et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a en effet précisé que depuis cette année, le nombre d'enfants et d'adolescents obèses a été multiplié par 10 depuis 1975. Les pays les plus touchés sont certaines îles de Polynésie (plus de 30 % d'obèses chez les 5-19 ans aux îles Cook, par exemple), alors que ce taux atteint ou dépasse 20 % aux États-Unis, mais aussi en Égypte, en Arabie saoudite, au Koweit et au Qatar. En extrapolant les statistiques portant sur 31,5 millions d'enfants, les chercheurs estiment que 192 millions d'enfants étaient en sous-nutrition en 2016, tandis que "seuls" 74 millions d'enfants étaient obèses. Parmi ces jeunes en sous-poids, les deux tiers habitent en Asie du Sud-Est, notamment en Inde.

Un constat très inquiétant, alors que l'obésité provoque des risques accrus de maladies chroniques, telles que le diabète, et de maladies cardiovasculaires.

"Notre étude montre qu'il y a un besoin continu de politique en faveur d'une meilleure alimentation, particulièrement dans les pays à faible revenu", notent les chercheurs.

Le spécialiste de santé environnementale met en garde en particulier contre le risque de " mauvaise transition alimentaire, avec une augmentation des aliments à forte teneur énergétique mais pauvres en nutriments ".

Édition: